Dépôt du recours – Mai 2015

Chers membres et sympathisants,

             Après beaucoup de travail cet hiver, en étroite collaboration avec notre avocat Maître Moutier, nous avons déposé pour l’arrivée du printemps le recours auprès du Tribunal Administratif de Pau contre l’arrêté donnant avis favorable à cet aberrant projet d’usine de méthanisation disproportionné au Lac du Louët !

            Depuis le début de notre action, cela fait maintenant trois ans, nous avons rencontré de nombreuses obstructions de la part du porteur de projet et des nombreux élus: Mais nous n’avons jamais relâché le combat !

            Grâce à notre action d’information :

  • nous avons pu montrer l’incohérence de ce projet au public et leur montrer la méconnaissance  qu’en avaient les porteurs de projet eux-mêmes,
  • nous avons pu aider de nombreux agriculteurs à ouvrir les yeux sur les précontrats signés : avec des conditions de sortis drastiques et des obligations de mise aux normes auxquelles ils n’échapperont pas !
  • nous avons pu alerter la population des risques  encourus et des coûts supplémentaires qu’elle allait devoir supporter avec une telle usine !

            D’ailleurs les brèves suivantes confortent notre action :

  • La société COVABIO cosignataires des précontrats est en LIQUIDATION,
  • La société  BIO ENER porteuse de ce projet a perdu la moitié de son capital social et ne l’a toujours pas reconstitué : preuve de la solidité de l’entreprise !
  • Le 9 avril 2015, un feu s’est déclaré à l’usine Géotexia de Saint Gilles du Mené ! Heureusement que l’on nous vente qu’il ne peut y avoir aucun incident… et que l’on nous a présenté cette usine en tant que parfaite lors d’une réunion publique ! 

           Nous donnerons plus d’information sur le dossier en cours aux membres – à jour de leur cotisation –  qui le souhaitent.

            Nous profitons de ce message pour faire un appel à toutes les personnes qui ne souhaitent pas qu’un tel projet se réalise afin qu’elles nous aident :

L’ensemble des fonds collecté n’a qu’un seul but payer les frais d’avocat afin que ce projet ne voit jamais le jour

            Nous tenons à remercier l’ensemble des personnes qui nous soutiennent par leurs dons ainsi que la Sépanso qui en plus de son soutien financier va déposer un recours complémentaire au  nôtre contre ce projet. Pour finir, nous remercierons notre avocat qui a bien voulu s’intéresser à notre dossier et lui apporter son savoir.

CONTINUONS LE COMBAT !   SOUTENEZ-NOUS !  NOUS COMPTONS SUR VOUS !

                                                            F. BARBE

                                                            Président de l’Association Echo Louët

Flash Info du 27 Janvier 2013 – Ouverture Enquêtes Publiques

Vous aurez surement constaté que les Enquêtes Publiques ont débuté en Mairie de MONTANER depuis le 21 Janvier et ce jusqu’au 6 Mars 2013.

Afin de préparer au mieux nos défenses sur ce dossier, nous avons mis à votre disposition au lien suivant : Enquêtes Publiques le dossier complet que vous trouvez en Mairie de MONTANER.

Nous vous demandons de bien vouloir en prendre connaissance afin de préparer au mieux vos remarques concernant cette usine industrielle à faire annoter auprès du Commissaire Enquêteur à MONTANER durant ses permanences. (Cf les différentes dates présentes dans le lien ci-dessus)

La mobilisation doit être totale, car sans un avis favorable du Commissaire Enquêteur, le projet ne pourra aboutir. C’est maintenant ou jamais !

REAGISSEZ, NE VOUS LAISSEZ PAS FAIRE !!!!

SOYEZ NOMBREUX A MONTRER VOS CRAINTES AUPRES DU COMMISSAIRE ENQUETEUR A MONTANER !!!!

N’HESITEZ PAS A FAIRE PASSER CE FLASH INFO AINSI A VOS CONNAISSANCES ET SUR LES RESEAUX SOCIAUX :
FacebookTwitterGoogle+ !!!

Méthanisation des lisiers : Des contrats à regarder de près (Le sillon 21/10/2011)

La FDSEA des Pyrénées-Atlantiques invite les agriculteurs à une certaine prudence et à bien étudier les contrats proposés par la Covabio.

Les responsables de Covabio (société de collecte de déchets) sont venus à la rencontre des représentants de la FDSEA le lundi 17 octobre à Pau. «Ils nous ont présenté les projets que cette société est en train de promouvoir en partenariat avec Eneria, entreprise spécialisée dans la production énergétique (en l’occurrence la méthanisation)», explique de concert Henri Bies-Péré, Pierre Menet et Hélène Lavedrine. Les responsables syndicaux ont également examiné les documents présentés aux agriculteurs et appelés «accords d’exclusivité».

«Nous avons fait plusieurs remarques sur la rédaction de ces contrats, note les membres de la FDSEA. Dans l’attente d’une réponse écrite de leur part, nous appelons les agriculteurs à la plus grande prudence avant de signer ces documents et même à ne pas les signer en l’état. Les dits projets mettront encore plusieurs mois avant de voir le jour, il n’y a donc aucune urgence pour s’engager» ajoute les responsables de la FDSEA des Pyrénées-Atlantiques.

21/03/2012 – La dépêche du midi

Montaner. La méthanisation pourquoi pas mais non à l’usine !

Voix d'un agriculteur.
Voix d’un agriculteur.

Lors de la réunion publique de présentation du projet d’usine de méthanisation sur la zone artisanale du Louët, les porteurs du projet Bio’Ener du Val d’Adour, du président de la communauté de communes Vic-Montaner, de professionnels de l’agriculture et de citoyens-habitants du territoire, sont intervenus. Ainsi, alors que le président Curret évoquait la visite des élus locaux en Bretagne, d’une unité de méthanisation en construction, une personne dans la salle demandait aux intervenants de Beva : « Avez-vous déjà une réalisation en fonctionnement en France ? Avez-vous l’expérience ? ». Réponse : « Nous nous appuyons sur des spécialistes compétents dont nous sommes le chef d’orchestre ». À celle-ci, évoquant des accidents mortels dans des structures de méthanisation en Allemagne ou Espagne : « Vous savez qu’en France, il y a 4.000 morts sur les routes » (sic). Et plus sérieusement : la technologie a évolué. Autres questions : la proximité d’une école avec 60 enfants ; l’accès des secours et la rapidité d’intervention en cas d’incendie ou d’explosion ; l’augmentation de la circulation avec les risques accidentogènes accrus ; les retombées économiques pour la collectivité territoriale et pour les administrés.

En face des 30 camions dont 60 passages quotidiens avec le retour de collecte des effluents agricoles, 5 jours par semaine, toute l’année, un agriculteur relevait les quelques dizaines de jours d’épandage dans les champs avec les seuls tracteurs. Cet autre, agacé par la comparaison avec la Bretagne et l’argument de l’usine de méthanisation qui « apporte une solution aux éleveurs locaux », tenait à souligner que, compte tenu de l’élevage intensif porcin, notamment, en Bretagne, les surfaces sont insuffisantes pour l’épandage, ajoutant également que les pratiques agricoles sont de plus en plus vertueuses, les mesures de nitrates en témoignant : « Les agriculteurs locaux ne polluent pas. »

Source : La dépêche du midi

19/03/2012 – La Dépêche du midi

Montaner. Méthanisation : l’usine divise

 De Montaner, Pontiacq, Escoubès, agriculteurs ou non, tous concernés./Photo J.P.
De Montaner, Pontiacq, Escoubès, agriculteurs ou non, tous concernés./Photo J.P.

Dans le cadre de ses actions de développement durable, la communauté de communes Vic-Montaner s’est engagée, au côté du groupe Eneria, dans un projet d’usine de méthanisation sur le site de la zone artisanale du Loüet, à Montaner. Ce vendredi 16 mars, à Montaner, il s’agissait de la 5e réunion de présentation du projet porté par Bio’Ener du Val d’Adour, société Beva créée spécifiquement pour ce projet ; réunion organisée cette fois-ci pour le grand public, après celles à destination, notamment, des organes de presse des Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées, des élus du territoire concerné, des agriculteurs. Et le grand public était venu nombreux : plus de cent personnes avaient gagné le foyer de Montaner, accueillies par Jean-Louis Curret, président de la CCVM, et Dominique Lagahe, maire de Montaner, au côté des porteurs et partenaires du projet. De la déclaration du président Curret, en ouverture : « Oui, c’est une chance inespérée d’avoir un grand groupe comme Eneria pour un projet industriel dans une dynamique gagnant-gagnant du point de vue industriel, environnemental, agricole ; si nous adhérons à ce projet, c’est que nous avons l’intime conviction du gagnant-gagnant » jusqu’à cette remarque venue du public, après que le porteur du projet eut indiqué que le seul montage du dossier se chiffrait à 150.000€ : « Si vous avez déjà dépensé cet argent, ce n’est pas pour faire marche arrière ; je regrette qu’il n’y ait pas eu de concertation avant ». Alors que le groupe a déposé le permis de construire de cette installation industrielle et avant que soit lancée l’enquête d’utilité publique dans le cadre des Installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE), une réunion de pratiquement trois heures, avec explication autour du principe et de l’intérêt de la méthanisation, caractéristiques de l’installation, impacts divers et pour la première fois, sans doute, une tribune pour l’expression des réticences et des oppositions franches, sur lesquelles nous reviendrons.
Josiane Pomès

Source : La dépêche du midi