Flash Info du 30 Oct. 2012

D’après les dernières informations que nous possédons :

Une réunion publique serait prévue courant décembre …
Nous vous tiendrons informé dès connaissance de la date et du lieu.

Nous devons continuer à nous mobiliser pour mieux nous faire entendre.


NOUS ne CAUTIONNONS pas ces Actes

Nous avons créé des pancartes pour vous informer. Certains panneaux ont été vandalisés à plusieurs reprises et les affiches systématiquement arrachées.
Ce manque de civisme est regrettable et nous ne cautionnons pas les actes de cet ordre envers qui que ce soit.

 ON NE NOUS DIT PAS TOUT ! ON NOUS MENT !

Suite à la réunion du 23 mai 2012 à Vic en Bigorre, entre les porteurs du projet, l’ingénieur agronome de l’APESA, l’association Echo Louët, nous venons de recevoir le compte rendu rédigé par Monsieur Pouech (APESA).

Cet expert, qui apparemment ne s’est jamais rendu sur le site du lac du Louët, affirme offrir un regard externe indépendant. Pourtant, le Conseiller Général, Monsieur Pastouret, qui soutient le projet fermement, siège au Conseil d’administration de l’APESA.

DES INCOHERENCES :

* L’expert affirme que l’implantation du  site choisi est située au « centre du gisement des effluents d’élevage et sous produits alimentaires de la zone du val d’Adour ». C’est faux ! 80000 tonnes de lisiers viendraient du SO du Gers, du NE Béarn et du N Pyrénées, soit 40% du total ! L’épicentre géo/tonnes n’est pas au Louët.

Malgré nos demandes répétées, la carte synoptique mentionnant les pré-contrats ne nous a jamais été fournie.
Il faut savoir que certains gros fournisseurs locaux menacent de /déposer le bilan/délocaliser/ ?/

 * Le procédé d’épuration des eaux usées présente des risques sanitaires pour la faune du Louët, qui se trouve à 200 m de l’usine  et non à 2000 m comme cela figure sur le dossier adressé à la Préfecture pour avoir l’avis de l’autorité administrative de l’Etat sur l’évaluation environnementale.(Document disponible sur le site de la Préfecture des Pyrénées Atlantiques)

 * Malgré un lavage chimique non écologique (cuves d’acide…), les nuisances olfactives seront « considérablement réduites »  et non totalement supprimées, contrairement aux promesses d’Eneria.

 

* De même, « les autres émanations » (gaz toxiques) « semblent pouvoir être captées et traitées »…C’est peu rassurant !

UN BILAN CARBONE POSITIF ?

Le rapport explique bien par quel tour de passe-passe ce projet permettra un bilan carbone positif : les rejets de CO2  de cette usine seront considérés comme agricoles donc non comptabilisés, (car provenant du biogaz agricole !)

 

UNE CASERNE DE POMPIERS A MONTANER ?

L’expert mentionne que les risques d’incendie ont « bien été pris en compte ».
Il doit s’appuyer sur le document qu’Eneria nous a fourni.
Il est écrit qu’en cas d’urgence, « les pompiers de la caserne de Montaner » pourront intervenir.

QUEL MANQUE DE SERIEUX ET DE PROFESSIONNALISME DE LA PART D’ENERIA !

La réalité : le plus proche c’est Vic en Bigorre ??
Les SDIS 64 et 65 sont très éloignés

CIRCULATION

Les habitants de Ger, Ponson-Dessus, Lamayou, Escaunets, … verront le trafic routier, déjà important, s’intensifier.

 Les habitants de Pontiacq-Viellepinte verront aussi des camions passer devant l’école qui accueille des enfants de plusieurs villages.

PROTEGEONS NOS ENFANTS !

 

ENVIRONNEMENT

Deux des cuves mesureront 29 mètres de haut et 21m de diamètre et non 12 comme annoncé lors de la réunion publique à Montaner.
Imaginez l’impact visuel d’un immeuble de 12 étages. REAGISSEZ !

Le patrimoine historique de Montaner (Château classé Site Majeur d’Aquitaine) sera dévalorisé par l’usine.

L’aménagement du pourtour du lac a été réalisé avec un soin particulier dans le but de favoriser son accès à tous, où chacun peut savourer les bienfaits de la nature tant par sa beauté que par sa qualité de vie et de tranquillité.

Tous les jours cet espace de vie agréable est sollicité par de nombreux visiteurs regroupant ainsi les adeptes du sport  les promeneurs ou les pêcheurs. .

Nous ne concevons pas laisser « défigurer et altérer la tranquillité » de ce site panoramique avec un parcours de santé à proximité d’une usine comme mire d’horizon.

ON VOUS PROMET DES EMPLOIS…C’EST FAUX !

L’argument économique d’embauche de personnel demeure flou et varie à la baisse à chaque réunion. Ce seront peut-être des emplois à temps partiel ou suivant la fluctuation saisonnière avec les contraintes des productions d’entrants mini/maxi.

 

QUEL AVENIR POUR CETTE USINE ?

 L’expert soutient que l’installation ne saurait être transformée en usine de traitement des ordures ménagères. C’EST FAUX !

Après quelques modifications techniques et un agrément soumis à une autorisation préfectorale, rien ne l’empêche du moins le doute persiste surtout qu’il n’a  jamais été démenti officiellement !

Saviez-vous que le constructeur choisi est aussi celui de l’usine d’incinération des ordures ménagères de Montpellier ?

 

  VOUS ETES AGRICULTEUR

Savez-vous qu’il existe plusieurs formules de pré-contrats plus ou moins avantageuses ?

 Si vous signez le contrat, vous vous engagez à vie !
Seuls le décès et l’invalidité sont des motifs de résiliation.

En revanche, Covabio et Eneria sont libres de mettre fin au contrat à leur gré.

L’approvisionnement de matières organiques issues de la ferme se fera trois fois par an au minimum, à la convenance de Covabio et non en fonction de vos besoins, mais suivant la productivité programmée de l’usine.

Ceci impose le stockage préalable (aux normes) sur l’exploitation de chaque fournisseur.

Le prix n’est pas garanti à long terme.

 

SECURITE

Pour des raisons de sécurité, il vous sera interdit d’entrer dans l’usine .

Des livraisons chez l’agriculteur se feront essentiellement en vrac, à la convenance de Covabio, ce qui vous obligera à disposer d’une aire de stockage couverte pour l’engrais organique (digestat) (qui sera soumis à une date de préemption).

 La composition de l’engrais organique demeure inconnue à ce jour.

REFLECHISSEZ AVANT DE SIGNER !

 

 Réagissez ! Rejoignez-nous! Informez vous !

N’hésitez pas à nous envoyer des mails sur le site! Posez des questions

3 réflexions au sujet de « Flash Info du 30 Oct. 2012 »

  1. oui comme toujours ils promettent des emploies à la clés mais c’est surtout leur intérêt qu’il affectionnent. le business avant tout

    cela dit si devrai avoir une autre pétition je la signe sans problème car nous sommes contre se projet

  2. N’est-t-il pas possible de saisir d’ores et déjà le Tribunal administratif ?

    Ne conviendrait-t-il pas de contacter des associations et/ou partis écologiques et les médias nationaux pour amplifier le mouvement de défense ?

  3. Pourquoi avoir choisi un site aussi proche d’habitations, alors qu’il y a tant d’autres endroits? Juste un exemple: sur la D 129, entre le village de Ger et les hauts de Pontacq, existe un lieu déjà mis en exploitation à l’écart de toute habitation. A vocation bio, cette station de compostage, éloignée, ne gêne pas les habitants du plateau de Ger. Des nuisances olfactives affectent seuls les passants, quant au champ de tir pratiquement désert de l’armée, qui se trouve sous les vents dominants, il absorbe toute nuisance .Pourquoi ne pas créer là un pôle de transformation biologique?
    Autour de l’actuel projet, point de désert mais des villages comme Montaner, Escaunets, Ponson, Pouts ou Pontiacq!
    Nos politiques savent prendre des décisions, mais aucun n’est capable de s’engager à faire machine arrière si une nuisance venait a apparaître. Un engagement écrit de fermeture immédiate de leur grande trouvaille serait la moindre des choses. Il est remarquable qu’aucun d’entre ces messieurs n’ait pensé à faire construire cette belle, moderne et si utile usine près de chez lui…
    Je propose,si cette usine venait à voir le jour, qu’à chaque fois que des nuisances seront ressenties dans nos demeures, nous allions verser devant les maisons de nos élus responsables de ces nuisances des détritus animaux et végétaux en décomposition afin de leur rappeler leurs promesses selon lesquelles il n’y aurait aucune gêne consécutive à cette construction; afin encore qu’ils aient quelques échantillons des désagréments dont nous seront victimes par leur faute.
    J’ai, de plus, appris il y a plus d’un mois par un agriculteur ayant signé la convention, que les gens d’Enéria ont fait du porte-à porte pour signaler que la Préfecture avait donné l’autorisation du Permis de construire…
    De la part d’un riverain excédé par l’incurie et le mépris de nos politiques locaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>